25 rue Henri Prou 78340 Les Clayes-sous-Bois
01 30 55 28 20

Les lectures du jour

Aimer Jésus et Le faire aimer

Retrouvez ici les lectures du jour. Tous les jours !


Le vendredi de la 30e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 1,1-11.

 

Paul et Timothée, serviteurs du Christ Jésus, à tous ceux qui sont sanctifiés dans le Christ Jésus et habitent à Philippes, ainsi qu’aux responsables et aux ministres de l’Église.
À vous, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.
Je rends grâce à mon Dieu chaque fois que je fais mémoire de vous.
À tout moment, chaque fois que je prie pour vous tous, c’est avec joie que je le fais,
à cause de votre communion avec moi, dès le premier jour jusqu’à maintenant, pour l’annonce de l’Évangile.
J’en suis persuadé, celui qui a commencé en vous un si beau travail le continuera jusqu’à son achèvement au jour où viendra le Christ Jésus.
Il est donc juste que j’aie de telles dispositions à l’égard de vous tous, car je vous porte dans mon cœur, vous qui communiez tous à la grâce qui m’est faite dans mes chaînes comme dans la défense de l’Évangile et son annonce ferme.
Oui, Dieu est témoin de ma vive affection pour vous tous dans la tendresse du Christ Jésus.
Et, dans ma prière, je demande que votre amour vous fasse progresser de plus en plus dans la pleine connaissance et en toute clairvoyance
pour discerner ce qui est important. Ainsi, serez-vous purs et irréprochables pour le jour du Christ,
comblés du fruit de la justice qui s’obtient par Jésus Christ, pour la gloire et la louange de Dieu.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
- Service offert par l'Evangile au Quotidien - Pour recevoir tous les matins l'Évangile par courriel, levangileauquotidien.org

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,1-6.

 

Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et ces derniers l’observaient.
Or voici qu’il y avait devant lui un homme atteint d’hydropisie.
Prenant la parole, Jésus s’adressa aux docteurs de la Loi et aux pharisiens pour leur demander : « Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du sabbat ? »
Ils gardèrent le silence. Tenant alors le malade, Jésus le guérit et le laissa aller.
Puis il leur dit : « Si l’un de vous a un fils ou un bœuf qui tombe dans un puits, ne va-t-il pas aussitôt l’en retirer, même le jour du sabbat ? »
Et ils furent incapables de trouver une réponse.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
- Service offert par l'Evangile au Quotidien - Pour recevoir tous les matins l'Évangile par courriel, levangileauquotidien.org

 

Commentaire

Jésus à table avec les pharisiens

Commentaire de Bienheureux Guerric d'Igny (v. 1080-1157), abbé cistercien
 

Le Créateur éternel et invisible du monde, se disposant à sauver le genre humain qui se traînait au long des âges soumis aux dures lois de la mort, « dans ces temps qui sont les derniers » (He 1,2) a daigné se faire homme (...), pour racheter dans sa clémence ceux que dans sa justice il avait condamnés. Afin de montrer la profondeur de son amour pour nous, il ne s'est pas fait seulement homme, mais homme pauvre et humble, afin que, s'approchant de nous en sa pauvreté, il nous donne d'avoir part à ses richesses (2Co 8,9). Il s'est fait si pauvre pour nous qu'il n'a pas eu de lieu où reposer la tête : « Les renards ont leur tanière et les oiseaux du ciel leur nid, le Fils de l'homme, lui, n'a pas où reposer la tête » (Mt 8,20). C'est pourquoi il acceptait d'aller aux repas auxquels on l'invitait, non par goût immodéré des repas, mais pour y enseigner le salut et y susciter la foi. Là, il remplissait les convives de lumière par ses miracles. Là les serviteurs, qui étaient occupés à l'intérieur, et n'avaient pas la liberté d'aller auprès de lui, entendaient la parole du salut. En effet, il ne méprisait personne, aucun n'était indigne de son amour parce « qu'il a pitié de tous ; il n'a de haine pour aucune de ses œuvres et s'occupe avec soin de chacune d'elles » (Sg 11,24). Pour accomplir son œuvre de salut, le Seigneur entra donc dans la maison d'un notable pharisien un jour de sabbat. Les scribes et les pharisiens l'observaient pour pouvoir le reprendre, afin que, s'il guérissait l'hydropique, ils puissent l'accuser de violer la Loi et, s'il ne le guérissait pas, ils l'accusent d'impiété ou de faiblesse. (...) Par la lumière très pure de sa parole de vérité, ils voient s'évanouir toutes les ténèbres de leur mensonge.

    levangileauquotidien.org